DODOC durant le confinement ou travailler avec des élèves à distance grâce à dodoc

Bonjour, Professeur des écoles en Bretagne, j’utilise dodoc durant le confinement avec mes élèves.
Dodoc était déjà connu par mes élèves, nous l’utilisions pour produire des cahiers des charges pour valoriser la création d’objets en impression 3D dans une démarche de maker solidaire.

(créations dodoc de l’année derrière visibles ici : http://spiderwan.free.fr/projet-impression3D/creations-2019/index.html

Le confinement arrivé sans prévenir, ce projet fut clairement stoppé, mais la jeune maîtrise de dodoc et son accès sur serveur extérieur, m’a permis tout de même d’inviter mes élèves à poursuivre la création libre ou cadrée, de contenus multimédia.

Donc outre le fait qu’il s’agit là d’un bon moyen de tester la capacité d’élèves de cycle 3 de s’approprier seul à la maison un tel outil, c’est aussi une aventure pédagogique intéressante.

Objectifs et intentions initiales :

Inviter à produire de l’écrit et donc à poursuivre l’entraînement sur cette compétence avec une possibilité pour moi d’avoir une certaine interactivité avec eux en colorisant par exemple leurs écrits et les invitant à revenir corriger les choses.

Offrir un espace d’expression original, pour susciter l’envie d’écrire, l’envie de produire du contenu à partager.

Offrir un espace de collaboration, de coopération, de partage malgré l’isolement de chacun.

Trouver un outil de valorisation des efforts engagés par les élèves, dont la motivation fluctue dans cette période particulière.

Leur donner un espace de créativité numérique facile d’accès, utilisable en autonomie permettant aussi d’intégrer des objectifs en termes de création et de maîtrise de l’outil numérique.

Au bout d’un mois et demi de confinement :

Plus de 90 % de mes élèves sont venus s’y exprimer, 2 élèves n’ont pu y avoir accès à la maison.
Ils sont venus pour 2 à 5 projets différents.

J’ai amorcé avec 3 défis différents en début de confinement impliquant de déposer textes ou images. Mais d’autres défis sont apparus, proposés par des élèves.

Cela à donné des choses vraiment sympa : système d’ouverture de porte anti covid

.43 projets ont été générés par les élèves, ils sont toujours en évolution, car certains doivent encore être enrichis ou traduits dans la « marmite » à savoir présentés sur un document publiable.

D’autres participations sont intégrées dans les contenus de projets sur des défis proposés.
9 de ces projets sont des projets collaboratifs en 2 à 4 élèves.
Un projet d’écriture collaboratif à l’échelle de la classe, d’une grande histoire spatiale est actuellement engagé, sur une initiative de l’ESA.

Les élèves n’ont pas forcément exploité tous les outils de création numérique de dodoc, mais les images et vidéos y sont présentes. Au cœur de certains projets, la présentation plus élaborée des textes, la création de diaporamas et de mise en son commencent à apparaître, idem sur la visualisation dynamique d’un fichier 3D.

Ces derniers outils ont été appréhendés par les élèves par eux même, à la maison. Moi je reste aussi en soutien à distance en leur confectionnant des petits tutos éphémères personnalisés sur demande. Ils n’ont pas arrêté de faire du stop motion en classe, mais là pas encore.

L’évolution du programme :

Là ce fut une chose vraiment sympa à vivre, l’équipe de l’atelier des chercheurs, Pauline et Louis, n’ont cessé durant cette période d’apporter des fonctionnalités à dodoc, répondant en moins de 24 h à des besoins se manifestant.

C’est ainsi par exemple qu’est apparu le Chat, que les élèves ont adopté facilement à peine l’outil mis en place. ( Il me faut parfois le nettoyer pour y voir clair)
Cela devient un espace pour parler des créations mais pas seulement, un simple espace pour échanger et conserver du lien, poser une question, m’interpeller.

Conscients de ce qu’il se passait, les élèves ont même parfois interpellé Louis lui-même dans le Chat. Cela me semple super intéressant sur le plan éducatif dans le rapport au numérique.

Et maintenant après le 11 mai.
Une grosse moitié de mes élèves restent chez eux au moins jusqu’au 29 mai, donc le suivi en distanciel se poursuit. Le présentiel avec certains va permettre de les aider et de les accompagner dans leur création sur le papier déjà et d’intégrer une élève qui n’avait pu y avoir accès à la maison et ainsi valoriser aussi ce qu’elle a entreprit sur le papier.

J’espère pouvoir en fin d’année, valoriser numériquement ce que les élèves ont ainsi produit sur dodoc,

Merci à l’équipe de l’atelier des Chercheurs.

Si d’autres que moi vivent actuellement une expérience dodoc en distanciel avec des élèves, je suis preneur d’échanges sur la question pédagogique de son usage.

Erwan.

1 J'aime